pexels nataliya vaitkevich 6942015

Pré-diabète – symptômes, causes, diagnostic, traitement

Lediabète est une maladie extrêmement insidieuse, difficile à déceler au début, mais qui touche de plus en plus de personnes, malheureusement même les plus jeunes. On estime qu’en Pologne, environ 3 millions de personnes sont atteintes de diabète, dont 1 million l’ignorent. Entre-temps, des maladies graves peuvent être évitées si nous diagnostiquons à temps l’état dit pré-diabétique et prenons les mesures appropriées.

Lepré-diabète, c’est-à-dire un trouble métabolique caractérisé par une glycémie élevée, est un signal de risque sérieux pour le développement du diabète, même s’il est heureusement réversible et ne nécessite qu’un changement immédiat de mode de vie.

Pré-diabète – symptômes. Comment reconnaître le pré-diabète ?

Latolérance anormale au glucose, ou pré-diabète, se caractérise par des taux de glycémie plus élevés, mais pas autant que dans le cas du diabète. Néanmoins, s’il n’est pas diagnostiqué ou traité à temps, il peut conduire au développement du diabète de type 2, qui est malheureusement déjà irréversible.

En général, on observe au départ une petite perturbation du métabolisme des glucides, parfois difficile à détecter par des tests. Avec le temps, le taux de glucose n’augmente que le matin ou après un repas. Toutefois, l’équilibre de l’organisme est progressivement perturbé et le taux de sucre commence à fluctuer autour de la limite supérieure, voire à la dépasser.

Une augmentation aussi faible mais constante de la glycémie est très dommageable pour les vaisseaux sanguins et les nerfs périphériques et peut transformer l’état pré-diabétique en diabète avancé. En outre, de graves modifications de l’organe de la vision peuvent déjà survenir à ce stade.

Les symptômes suivants doivent vous inciter à prendre les mesures nécessaires, la première d’entre elles étant de faire un bilan de santé et de consulter votre médecin si nécessaire :

  • a ressenti en permanence de la fatigue,
  • une somnolence excessive, qui se manifeste par exemple par un besoin soudain de faire une sieste,
  • une augmentation déraisonnable de l’appétit et de la soif,
  • la bouche sèche,
  • une sécheresse excessive de la peau,
  • des mictions fréquentes,
  • des infections fréquentes,
  • des problèmes de vision soudains.

La courbe de glycémie – normes

Lepré-diabète est l’état intermédiaire entre la santé et le diabète de type 2. Les tests sont de loin le meilleur outil pour établir les faits et le point de départ pour prendre les mesures appropriées en fonction des résultats.

Le taux normal de glycémie à jeun chez une personne en bonne santé se situe entre 70 et 99 mg/dl. Si le résultat du test se situe entre 100 et 125 mg/dl, il convient d’effectuer un test supplémentaire OGTT, appelé courbe de sucre. La courbe de sucre consiste à prélever un échantillon de sang veineux, puis à administrer une solution de glucose et à tester à nouveau le taux de sucre après 60 et 120 minutes.

Une glycémie à jeun comprise entre 100 et 125 mg/dl lors du test de la courbe des sucres est une glycémie à jeun anormale. Un résultat entre 140-200 mg/dl deux heures après l’ingestion de glucose est une tolérance anormale au glucose.

Ce type de résultats indique un état pré-diabétique, c’est-à-dire le dernier moment avant le développement d’un diabète à part entière. Un résultat de 200 mg/dl et plus, en revanche, indique un diabète de type 2 avancé.

Pré-diabète – causes, facteurs de risque

 des morceaux de sucre éparpillés, un gobelet doseur à côté

Bien que le pré-diabète ne soit pas encore un diabète, il peut se transformer en diabète à tout moment. Il ne faut donc pas le sous-estimer, et si notre mode de vie est source de facteurs de risque, nous devrions encore plus systématiquement tester notre glycémie.

Les principales causes de la tolérance anormale au glucose, c’est-à-dire des circonstances potentiellement dangereuses pour la santé, sont principalement considérées comme étant le surpoids et l’obésité, ainsi qu’une mauvaise alimentation et le manque d’activité physique.

Ils sont suivis par :

  • les maladies cardiovasculaires,
  • l’hypertension,
  • un taux de cholestérol élevé,
  • le syndrome des ovaires polykystiques,
  • un diabète gestationnel antérieur,
  • les conditions génétiques.

Des raisons analogues sont également mentionnées dans le contexte du diabète lui-même.

Quelle est la relation entre l’obésité et le pré-diabète ou le diabète ? Eh bien, l’excès de graisse corporelle contribue à une production accrue de diverses substances qui interfèrent avec l’action normale de l’insuline et l’absorption du glucose par les cellules de notre corps.

En conséquence, l’équilibre subtil de l’organisme est perturbé, ce qui entraîne toute une série de phénomènes métaboliques négatifs et, par conséquent, peut conduire à des maladies graves telles que des dommages au cœur, aux vaisseaux sanguins, aux reins, à la vue et au système nerveux.

Notre mode de vie a une influence tout aussi importante sur le développement éventuel du diabète. Le manque d’exercice et le mode de vie dit sédentaire entraînent un risque de perturbation du fonctionnement de l’ensemble de l’organisme, principalement du système cardiovasculaire, mais aussi des systèmes respiratoire, nerveux, musculaire et squelettique.

Avec le temps, la capacité du cœur à pomper le sang diminue, les cellules du corps sont sous-oxygénées et moins bien nourries, la capacité pulmonaire diminue, les os, les muscles et les articulations sont affaiblis. Le métabolisme ralentit, le métabolisme des glucides est perturbé, au lieu de produire de l’énergie, le corps accumule des réserves sous forme de tissu adipeux.

Pré-diabète – tests, diagnostic

Afin d’éliminer le risque de développer un diabète, il est nécessaire de modifier en profondeur le mode de vie et le régime alimentaire. Mais ce n’est pas tout. Étant donné que dans le cas de nombreuses maladies, dont le diabète, le plus important est le diagnostic précoce, c’est-à-dire au stade pré-diabétique, il est conseillé d’effectuer un test de glycémie de temps en temps.

Les tests de dépistage fréquents sont une excellente occasion de le faire. Outre le contrôle de la glycémie, il est possible d’effectuer un test de charge en glucose, appelé courbe de glycémie.

Ce type de test a une pleine valeur diagnostique à condition de respecter certaines règles. Tout d’abord, quelques jours avant le test, il ne faut pas changer radicalement son mode de vie ou son régime alimentaire, car ce changement faussera le résultat. Le test ne doit pas être effectué pendant des infections ou des états inflammatoires, qui peuvent également affecter les résultats.

Les outils de diagnostic plus spécialisés comprennent les tests d’insuline, de peptide C et d’anticorps.

Comment inverser le pré-diabète – les meilleures méthodes

 Un bol de nourriture saine, un stéthoscope à côté.

L’ignorance de l’état prédiabétique et l’absence de traitement (principalement sous la forme d’un changement de mode de vie vers un mode plus sain) est un moyen simple de développer un diabète de type 2.

Voici quelques conseils sur la manière de prévenir le développement de ce dangereux diabète.

Pré-diabète – régime alimentaire

D’emblée, il convient de noter que le régime alimentaire en cas de pré-diabète n’est en aucun cas un régime strict, impliquant l’exclusion totale de certains aliments. Il s’agit plutôt de développer des habitudes alimentaires saines qui éviteront le risque de développer un diabète et, ce qui est certainement plus important, s’accompagneront d’une réduction du poids.

La règle générale est de prendre des repas réguliers, environ 4-5 par jour, avec moins de volume et de calories.

Environ 45 % de la valeur énergétique doit être constituée de glucides complexes, c’est-à-dire de produits tels que le pain complet, les céréales, le riz brun et le gruau. Outre un faible indice glycémique, ils contiennent de grandes quantités de fibres, qui sont bénéfiques pour l’organisme (notamment pour le système digestif), procurent une sensation de satiété et régulent la digestion.

Pour les mêmes raisons, nous recommandons également tous les légumes et, dans une moindre mesure, les fruits, en particulier ceux à faible teneur en sucre, comme les pommes, les cerises, les fraises, les framboises, les groseilles, le pamplemousse, les groseilles à maquereau et les myrtilles.

Les cerises, les poires, les raisins, les ananas et les bananes ont un indice glycémique légèrement plus élevé.

Les sources de protéines doivent être les produits laitiers maigres, les œufs, le poisson, la volaille et les légumineuses. Les graisses animales doivent être remplacées par des huiles végétales, la consommation de sel et bien sûr de sucre doit être limitée.

Évitez les aliments semi-finis et hautement transformés, les confiseries, les boissons sucrées, les fromages ou yaourts aromatisés et l’alcool.

Pré-diabète – changement de mode de vie

De nos jours, il n’est probablement plus nécessaire de convaincre quiconque que la condition d’une bonne santé, tant physique que psychique, est une activité physique appropriée, adaptée individuellement aux besoins et aux possibilités. De plus, dans le cas de la prévention et même du traitement de certaines maladies, elle constitue un élément indispensable de la thérapie. C’est le cas du pré-diabète et du diabète avancé.

L’exercice régulier a un effet bénéfique sur l’équilibre glucidique, améliore la condition générale et le bien-être, et favorise la perte de poids.

La forme d’activité la plus couramment recommandée est l’exercice aérobique – nordic walking, marche rapide, vélo, natation, mais selon l’âge et les capacités physiques, pratiquement tout type de sport peut être pratiqué. Le plus important est que cette activité soit systématique et régulière.

Pré-diabète – remèdes naturels

Les plantes peuvent apporter un soutien important en cas de taux de glucose légèrement élevé. Ils ne guérissent peut-être pas le diabète avancé, mais ils contribuent certainement à faire baisser la glycémie, à améliorer le métabolisme des glucides et à minimiser l’inconfort qui accompagne les perturbations du taux de glucose.

Les plantes les plus efficaces à cet égard sont les suivantes :

  • le mûrier blanc – inhibe la sécrétion d’enzymes responsables de la formation du glucose, empêchant ainsi l’augmentation du taux de sucre dans le sang, surtout après un repas
  • le pissenlit – a de nombreux effets bénéfiques pour la santé, notamment en aidant à réguler le taux de sucre, en réduisant l’indice glycémique des aliments et en ralentissant l’absorption des sucres.
  • la cannelle – bien connue comme épice aromatique, elle possède également des propriétés qui aident à réguler les niveaux de glucose
  • la sauge – fonctionne de manière similaire à certains médicaments antidiabétiques
  • fenugrec – améliore la sensibilité des tissus à l’insuline, retarde la vidange gastrique

Dans le cas du pré-diabète, le traitement pharmacologique est rarement utilisé, mais au lieu des plantes, on peut opter pour un complément alimentaire prêt à l’emploi contenant plusieurs substances naturelles différentes qui font baisser le taux de sucre et stabilisent la glycémie.

L’une des plus réputées à cet égard est Redusugar – une préparation moderne et avancée dont la composition diversifiée contient pas moins de 9 substances naturelles connues pour leurs propriétés antidiabétiques.

 Redusugar
Sources :
  • https://www.healthline.com/health/type-2-diabetes/what-is-prediabetes
  • https://www.healthline.com/health-news/how-to-prevent-prediabetes-from-becoming-diabetes
  • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22683128/
  • https://www.medicalnewstoday.com/articles/317206
  • https://www.medicalnewstoday.com/articles/311056

Category: santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article by: admin