Régime antiviral, ou que mange-t-on pour renforcer l’organisme et ne pas tomber malade ?

Un régime antiviral est un moyen d’améliorer l’immunité de l’organisme et de réduire le risque d’infection, principalement dans un contexte viral, mais aussi contre les bactéries ou les champignons. Aujourd’hui, une grande partie de la population a du mal à maintenir une immunité élevée. Des modes de vie malsains et une mauvaise alimentation contribuent à affaiblir la capacité naturelle de l’organisme à bloquer les agents pathogènes et à inhiber leur développement s’ils parviennent à pénétrer dans le système. Un régime alimentaire antiviral, grâce à l’utilisation de grandes quantités d’aliments ayant des propriétés immunostimulantes, contribuera à améliorer l’immunité affaiblie et à réduire la sensibilité aux infections. Il nous aidera à mieux nous protéger contre la grippe, les infections de type grippal et le coronavirus (Covid-19), qui a récemment paralysé notre civilisation. Lisez l’article et découvrez comment composer un menu pour renforcer votre corps et ne pas tomber malade !

Pourquoi tombons-nous plus souvent malades en automne et en hiver ?

Avec l’arrivée de la saison automne-hiver, l’incidence des infections respiratoires, des rhumes, de la grippe et des infections de type grippal dans la société augmente. Une température ambiante basse, des vents forts et des précipitations sont des conditions défavorables pour nous, ce qui entraîne un état de froid fréquent, qui à son tour affaiblit notre immunité et augmente notre susceptibilité aux agents pathogènes nuisibles.

D’autres facteurs contribuent à l’augmentation de la morbidité en automne et en hiver : l’ activité saisonnière accrue de nombreux types de virus et de micro-organismes, notre alimentation – beaucoup plus pauvre en légumes et en fruits qu’en été et une exposition beaucoup moins fréquente au soleil et, comme nous le savons, les rayons du soleil stimulent la production de vitamine D importante pour notre immunité.

Tout cela facilite grandement l’apparition d’un rhume et d’une grippe en automne et en hiver, et pour la plupart d’entre nous, il est normal de contracter des infections des voies respiratoires au moins une ou deux fois par an. Cependant, toutes les infections ne sont pas identiques. Les infections sont divisées en deux catégories : celles d’origine virale et celles d’origine bactérienne. Que sont les deux ?

Infections virales et bactériennes – quelles sont les différences entre elles et les symptômes de base ?

Bien que les infections virales et bactériennes soient similaires, il existe certaines différences entre elles, de sorte que vous pouvez voir à laquelle vous avez affaire.

Lesinfections virales commencent assez rapidement, et en quelques heures ou une douzaine d’heures seulement, nous pouvons passer d’une sensation de bien-être et d’absence totale de symptômes à une sensation de malaise et à l’apparition de nombreux symptômes de forte intensité. Les infections virales s’accompagnent généralement d’une fièvre subfébrile ou modérée, d’une dépression et d’une grande faiblesse.

Une infection virale dure généralement une semaine environ. Dans ce type d’infection, aucun antibiotique n’est utilisé, mais seulement des médicaments anti-inflammatoires, antipyrétiques, analgésiques, expectorants, antirhinites et antitussifs.

Les symptômes les plus courants des infections virales :

  • un sentiment persistant de fatigue, de faiblesse,
  • la mauvaise humeur,
  • rupture,
  • température élevée,
  • frissons,
  • douleurs musculaires, osseuses, articulaires,
  • des maux de tête,
  • rhinite aqueuse,
  • une toux sèche,
  • Un mal de gorge,
  • pas d’appétit.

Lesinfections bactériennes n’ont généralement pas une apparition rapide, elles se développent à un rythme plus lent. Progressivement, notre humeur se détériore et les symptômes individuels s’intensifient de jour en jour. Dans les infections bactériennes, on observe souvent une forte fièvre ainsi qu’un degré élevé de faiblesse, une somnolence constante et des troubles du tube digestif. Une infection bactérienne, contrairement à une infection virale, peut être traitée avec des antibiotiques.

Les symptômes les plus courants des infections bactériennes :

  • une forte fièvre,
  • la fatigue, l’apathie,
  • une rhinite dense et pauvre en mucus,
  • Toux humide gênante, quantité importante de sécrétions expectorantes,
  • L’essoufflement,
  • une gorge fortement rougie et douloureuse, souvent avec des raids blancs et purulents,
  • des douleurs d’estomac,
  • Nausées, diarrhées.

Comment se protéger contre les infections ?

main arrêtant l'attaque du virus

Coronavirus, virus de la grippe, caniveaux, adénovirus – ces agents pathogènes et d’autres encore s’attaquent à des centaines de personnes chaque jour, provoquant des symptômes gênants avec, au premier plan, la fièvre, le rhume et la toux. La plupart des infections touchent les voies respiratoires supérieures, des sinus et du nez à la gorge et au larynx. Cependant, il arrive que l’infection se développe et commence à occuper d’autres parties du système respiratoire – les bronches et les poumons-, ce qui représente une lourde charge pour l’organisme et un risque accru de complications sanitaires plus graves.

Afin d’arrêter l’infection dans l’embryon et d’éviter les complications dangereuses de l’infection des voies respiratoires, il est très important de commencer le traitement (par exemple en administrant des médicaments anti-inflammatoires et antipyrétiques) dès l’apparition des premiers symptômes.

Il est également important de prévenir et de renforcer l’immunité au quotidien de manière naturelle, entre autres par une alimentation adéquate – cela nous aidera non seulement à transmettre toutes les infections plus facilement et plus doucement, mais aussi à renforcer de manière générale la barrière de défense de l’organisme contre les agents pathogènes et à réduire le risque d’infections.

Un régime alimentaire antiviral comme base de prévention contre les agents pathogènes

Un régime antiv iral ou diététique antivirale n’est rien d’autre que la mise en œuvre permanente d’un régime alimentaire riche, qui sert à renforcer notre système immunitaire, à construire un blocus contre les agents pathogènes et à améliorer la capacité de l’organisme à inactiver les agents pathogènes lorsqu’ils entrent dans le système.

L’une des tâches du système immunitaire est d’attraper les virus, les bactéries et autres microorganismes nuisibles et de les empêcher de pénétrer dans les cellules. Lorsque notre système immunitaire est en bon état, il est capable de reconnaître efficacement les agents pathogènes et d’envoyer immédiatement une réponse immunitaire, qui se traduit par l’absorption et l’annihilation des agents pathogènes.

La réponse immunitaire ainsi que la capture et l’élimination des agents pathogènes sont la responsabilité de cellules immunitaires telles que les macrophages, les neutrophiles et les lymphocytes et de protéines spéciales, notamment les anticorps et les cytokines.

Il existe toute une gamme de produits alimentaires, ainsi que des herbes et des plantes médicinales utilisées par exemple dans les compléments alimentaires, qui soutiennent le système immunitaire en renforçant les mécanismes immunitaires et en stimulant l’activité des cellules immunitaires, des cytokines et des anticorps. Beaucoup de ces produits ont également un effet stimulant sur l’élimination des toxines de l’organisme, ce qui se traduit également par une amélioration de l’immunité. Quels sont ces produits ? Comment composer un régime alimentaire contre les virus et autres agents pathogènes ?

Régime antiviral – principes, que faut-il manger et éviter ?

Le principe clé d’un régime antiviral est de baser le régime sur des aliments aussi naturels que possible, caractérisés par une transformation faible ou nulle, tout en évitant les aliments transformés. Nous devons savoir que tous les aliments transformés (y compris les plats cuisinés, les soupes et les sauces instantanées, la restauration rapide, les sucreries, les snacks salés, les conserves, les produits semi-finis) sont presque totalement dépourvus de valeur nutritive, mais contiennent de nombreuses substances artificielles et malsaines. Hormis la satisfaction temporaire de la faim, elle ne nous apporte aucun avantage, ni même nous nuit.

Dans un régime antiviral, nous composons un menu basé sur des produits alimentaires tels que :

  • légumes (par exemple, betteraves, poireaux, ail, oignons, légumineuses, céleri, épinards, choux, brocolis, poivrons, raifort, persil, choux, laitue, carottes, choux de Bruxelles),
  • des sources de protéines saines (produits laitiers, œufs, viande maigre, poisson, algues telles que la chlorelle et la spiruline),
  • du pain complet et de la farine complète,
  • des gruau gras,
  • Ondulations,
  • des pâtes alimentaires à base de céréales complètes,
  • les produits marinés,
  • les produits laitiers fermentés,
  • les huiles végétales,
  • des haricots et des noix,
  • flocons de céréales, germes de céréales, germes de céréales,
  • les fruits (par exemple : aronia, framboise, fraise, pêche, prune, agrumes, groseille, kiwi, pomme),
  • les épices et les herbes (par exemple le gingembre, le curcuma, le basilic, l’origan, la cannelle, le souci, la sauge, l’ortie).

Quels composants des aliments doivent être particulièrement importants pour composer un régime antiviral et immunitaire :

  • Vitamine A (présente en grande quantité, entre autres, dans : les tomates, les carottes, les poivrons, les épinards, la laitue, les brocolis, le persil, le chou frisé, l’eau en bouteille, les pamplemousses, les oranges, les cerises, les prunes, les pêches, le foie, le beurre, la crème, le lait, les œufs),
  • Vitamine E (présente dans : le gruau, le son, le pain complet, le gruau, les graines et les semences, les amandes, les germes, le lait, les légumes verts, les huiles végétales),
  • Vitamine C (présente en grande quantité dans : les agrumes, le paprika, les cassis, la rose sauvage, les fraises, le kiwi, le chou vert, les choux de Bruxelles, le persil, les tomates),
  • Vitamine D (ses sources sont : le poisson de mer, le jaune d’œuf, le foie, le beurre, le fromage jaune),
  • Zinc (présent, entre autres, dans les graines de courge, les graines de tournesol, la viande et les abats, le sésame, les œufs),
  • Sélénium (les bonnes sources sont : le poisson, par exemple le thon, le saumon, les œufs, la viande de volaille, le blé, les champignons, les noix du Brésil, le riz, les produits céréaliers à grains entiers, l’ail),
  • le fer (les meilleures sources sont : le foie, la viande, le cacao, les jaunes d’œufs, les haricots, le persil, les brocolis, les épinards, les betteraves, les abricots, les prunes, le son de blé, le sarrasin, les noix, le maquereau, le hareng),
  • Soufre (les meilleures sources sont : l’oignon, le poireau, l’ail, le brocoli, le chou-fleur, le raifort, le radis, le cresson, le navet, la viande, les abats, le lait, les œufs),
  • les probiotiques (la meilleure source est constituée par les produits laitiers fermentés tels que le babeurre, le kéfir, le yaourt, le lait caillé ainsi que les concombres marinés, la choucroute, l’acide du pain, le lait de soja, le tofu),
  • oméga 3 (présents dans le poisson, les huiles de poisson, les fruits de mer, les pierres, les graines, chia, les huiles végétales, les graines de lin),
  • bêta-glucanes (présents dans les flocons d’avoine, les flocons de seigle, les flocons d’orge, le blé, le son d’avoine et de seigle, le gruau d’orge, les champignons de lard, les levures),
  • antioxydants (meilleures sources : aronia, sureau, baies, groseilles, fraises, cerises, framboises, grenades, abricots, pamplemousses, oranges, avocats, citrouilles, poivrons, légumes verts, céleri, brocolis, tomates, légumineuses, thé vert, cacao, yerba mate, hibiscus, haricots, noix, huile).

Régime anti-virus – menu (exemple de menu de 4 jours)

Afin de renforcer la barrière naturelle contre les virus et les bactéries, nous devons veiller à manger régulièrement des repas sains et de qualité et limiter autant que possible les aliments artificiels et malsains qui empoisonnent le corps, bloquent le métabolisme et affaiblissent l’immunité.

Il est préférable de prendre environ 4 à 5 repas par jour, en s’assurant que chacun d’entre eux contient des légumes et des fruits, la plupart étant des produits céréaliers à grains entiers, des produits protéiques et des sources de graisses saines (par exemple, des noix, des céréales, des huiles végétales, de l’huile de coco).

Dans le menu quotidien, il vaut également la peine d’atteindre souvent les mécanismes immunitaires stimulants : le miel, ainsi que des herbes aux propriétés immunostimulantes et stimulant la sécrétion de substances antivirales dans l’organisme, telles que : la fleur de conifère violette, le ginseng, la meringue noire, l’amande membraneuse, l’acérola, la rose sauvage, l’aloès.

Des herbes ou des suppléments stimulant la détoxification de l’organisme (par exemple, violette tricolore, ortie, pissenlit ou préparation Spirulin Plus prête à l’emploi) seront également utiles pour renforcer l’immunité.

Un exemple de régime dans un régime antiviral:

Premier jour

  • Petit déjeuner : gruau riche, composé d’un mélange de flocons de céréales (par exemple, avoine, orge, seigle), de raisins secs, d’airelles, de noix, de graines chia avec du lait complet et du miel
  • 2 petits déjeuners : graham avec pâte d’avocat, un verre de jus d’orange
  • Dîner : soupe crémeuse à base de brocolis et de pois verts, d’ignames rôties au saumon fumé, d’herbes (aneth, ciboulette, origan, basilic) et de mozzarella
  • Thé : yaourt avec des chips de noix de coco et de pêche, un verre de jus de sureau ou d’aronia
  • Dîner : sandwiches de pain complet au beurre, filet de poulet, laitue, pousses, radis, tomate

Deuxième jour

  • Petit-déjeuner : pain complet grillé avec œuf et fromage jaune, pamplemousse
  • 2 petits déjeuners : fromage blanc avec navet noir râpé, concombre vert et graines chia, thé vert
  • Dîner : Botvine- ou bortsch ukrainien, riz brun, lentilles, maïs, champignons, tomates et poitrine de dinde au gingembre, curry et curcuma
  • Thé : gâteaux de courgettes tartinés de houmous
  • Dîner : gelée de poulet, poivre, laitue, tomate, tranche de pain complet

Troisième jour

  • Petit-déjeuner : flocons d’avoine sur yaourt avec bananes, cacao, miel et cannelle
  • 2 petit-déjeuner : cocktail légumes-fruits avec son
  • Dîner : boulettes de volaille à la sauce au raifort et au fenouil, plus pâtes complètes, salade de carottes et de céleri
  • Thé : omelette aux fruits rouges et violets (par exemple framboises, mûres, myrtilles, fraises, cerises, prunes) et yaourt
  • Dîner : sandwiches au pain de seigle au levain avec du fromage blanc et de la pâte de maquereau ou de légumes, plus une salade légère de concombre mariné, radis, poivrons, ciboulette

Quatrième jour

  • Petit-déjeuner : pain complet grillé avec des feuilles d’épinards frais, un œuf au plat, une tomate, saupoudrée de graines de tournesol rôties
  • 2 petits déjeuners : salade avec thon, maïs, pois chiches, riz, poivre, concombre mariné, poireau, persil et un peu de mayonnaise
  • Dîner : soupe à la crème de potiron et de pomme au gingembre, gruau de sarrasin, foie de volaille, salade de betteraves à l’oignon assaisonnée d’huile et de jus de citron
  • Thé : cocktail de kéfir et de fruits (par exemple, fraises, mangues, myrtilles)
  • Dîner : poivron, tomate, oignon, courgette et guérison de la poitrine de poulet

Sources :

https://www.medicalnewstoday.com/articles/322412
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31426423/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23688939/
https://www.healthline.com/nutrition/how-to-boost-immune-health
https://www.healthline.com/health/cold-flu/immune-boosting-tips-to-prep-for-winter

Category: santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article by: admin