Depositphotos 47462951 S

Résistance à l’insuline – causes, symptômes, régime et traitement. Comment combattre la résistance à l’insuline ?

La résistance à l’insuline est un trouble métabolique de plus en plus courant associé à un mauvais fonctionnement du métabolisme des glucides dans l’organisme. Elle touche principalement les jeunes et les personnes d’âge moyen qui sont en surpoids et ont des problèmes pour perdre du poids. La résistance à l’insuline se traduit par une diminution de la sensibilité des tissus et des cellules à l’insuline, l’hormone responsable du maintien d’une glycémie normale.

Dans la plupart des cas, la résistance à l’insuline résulte d’une mauvaise alimentation dominée par des glucides à indice glycémique élevé. Il est important de noter que si elle n’est pas traitée, la résistance à l’insuline est une condition très dangereuse, car elle conduit inévitablement au développement d’un diabète de type 2, et qui plus est, elle peut également affecter l’apparition d’autres maladies. Quels sont les symptômes de la résistance à l’insuline ? Comment diagnostiquer la résistance à l’insuline et comment la combattre efficacement ?

Qu’est-ce que la résistance à l’insuline et comment se développe-t-elle ?

Nous entendons de plus en plus parler de la résistance à l’insuline comme d’un problème de santé urgent résultant d’un mode de vie malsain. En fait, la résistance à l’insuline est généralement étroitement liée à une mauvaise alimentation et à un mode de vie sédentaire. Très souvent, en fait presque toujours, elle s’accompagne d’une incapacité à maintenir un poids corporel normal et d’un excès de graisse corporelle, en particulier dans la région abdominale.

Qu’est-ce que la résistance à l’insuline ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre le mécanisme d’action de l’insuline et son influence sur la glycémie. L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas, chargée de stabiliser le taux de sucre dans le sang et d’alimenter les cellules et les tissus en matière énergétique sous forme de glucose. En outre, l’insuline intervient également dans les processus métaboliques des protéines et des graisses.

Après un repas, les glucides sont décomposés puis absorbés dans la circulation sanguine à partir du tube digestif. En conséquence, le taux de glucose dans le sang augmente. Ensuite, l’insuline est libérée, avec l’aide de laquelle le glucose est transporté du sang vers les cellules de l’organisme. En conséquence, le taux de sucre dans le sang est stabilisé.

Une alimentation rationnelle et équilibrée assure l’équilibre du métabolisme insulino-glucosique et l’absence de troubles du sucre. Le problème commence à se poser lorsqu’il y a trop de glucides à indice glycémique élevé dans notre alimentation quotidienne.

Ceux-ci sont rapidement décomposés et libérés du tube digestif dans le sang. Le résultat direct est une augmentation de la glycémie à un niveau anormal.

 Un homme se demande s'il doit manger du fast-food ou des légumes.

La réaction à ce phénomène est une libération intensive d’insuline, dont la tâche est de normaliser le taux de sucre le plus rapidement possible. Une partie du glucose pénètre dans les tissus de l’organisme, mais tout excès est poussé dans la réserve d’énergie, le tissu adipeux.

La résistance à l’insuline se développe lorsque, en raison de pics rapides et continus de la glycémie, des quantités croissantes d’insuline sont libérées. Les cellules de notre corps finissent par ne plus y répondre correctement, elles deviennent de plus en plus résistantes à l’insuline (d’où le nom de résistance à l’insuline). Les cellules ne reçoivent pas la quantité adéquate de carburant nécessaire à leur bon fonctionnement, le taux de sucre dans le sang ne baisse pas, de sorte que l’organisme augmente et accroît successivement la sécrétion d’insuline.

La perte de sensibilité des cellules à l’insuline entraîne une surproduction croissante de cette hormone (hyperinsulinémie), mais le taux de glucose dans le sang n’est pas ramené à un niveau normal. Les anomalies du métabolisme des glucides augmentent, avec le temps, les mécanismes de régulation de l’organisme s’épuisent.

Tout d’abord, une résistance à l’insuline se développe, qui se transforme ensuite en pré-diabète, puis en diabète de type 2.

Quelles sont les conséquences de la résistance à l’insuline ? Quelles maladies la résistance à l’insuline peut-elle entraîner ?

Tout d’abord, la résistance à l’insuline augmente le risque de développer un diabète de type 2, mais aussi d’autres pathologies, notamment les maladies cardiovasculaires.les maladies cardiovasculaires telles que l’hypertension, les cardiopathies ischémiques, l’athérosclérose et la stéatose hépatique non alcoolique.

La résistance à l’insuline peut également entraîner un affaiblissement du pancréas et une altération de sa fonction. Presque toujours, la résistance à l’insuline est également associée au surpoids et à l’obésité (croissance successive du tissu adipeux externele tissu adipeux externe, ainsi que la graisse viscérale dangereuse située autour des organes internes).

Les conséquences de l’insulinorésistance peuvent également inclure divers troubles métaboliques et hormonaux, l’infertilité, le syndrome des ovaires polykystiques, la goutte, l’apnée du sommeil. Comme vous pouvez le constater au vu des conséquences possibles, la résistance à l’insuline est un état dangereux qu’il ne faut en aucun cas sous-estimer.

Résistance à l’insuline – symptômes

La résistance à l’insuline entraîne une réduction de l’absorption du glucose par les cellules et les tissus, notamment les muscles squelettiques, les cellules hépatiques ou le tissu adipeux. Le métabolisme des glucides, des graisses et des protéines est perturbé et le glucose n’est pas utilisé de manière optimale par les cellules de notre corps.

La diminution de la sensibilité des cellules à l’insuline entraîne une hyperglycémie (excès de glucose dans le sang). Le métabolisme des lipides est également perturbé. Non seulement un excès de sucre, mais aussi d’acides gras circulent dans notre sang, il y a également une accumulation accrue de tissus adipeux et une prise de poids constante.

La résistance à l’insuline est parfois asymptomatique, mais elle peut généralement être reconnue sur la base de certains symptômes.

Les symptômes les plus courants de la résistance à l’insuline

  • croissance du tissu adipeux, prise de poids rapide et facile, surtout dans la zone abdominale (avec le temps, notre silhouette prend la forme d’une pomme),
  • problème de perte de poids malgré l’activité physique et le régime alimentaire,
  • Appétit excessif, crises de faim vorace,
  • augmentation de l’envie de sucreries,
  • des maux de tête fréquents,
  • fatigue fréquente, manque d’énergie,
  • des sautes d’humeur,
  • les troubles dépressifs,
  • somnolence diurne (surtout après les repas),
  • des problèmes de concentration,
  • une pression sanguine trop élevée,
  • l’hyperhidrose,
  • des taux élevés de sucre, de cholestérol et de triglycérides,
  • problèmes de peau (kératose foncée),
  • une concentration accrue d’acide urique dans l’organisme.

Résistance à l’insuline – causes, facteurs de risque

Quels sont les facteurs qui augmentent le risque de développer une résistance à l’insuline ? Voici les plus importantes :

  • le surpoids et l’obésité dus à une alimentation trop riche en sucre et en graisses,
  • les erreurs diététiques (par exemple Il s’agit notamment du surpoids et de l’obésité causés par une trop grande quantité de sucre et de graisse dans les menus, des erreurs alimentaires (par exemple, sauter le petit-déjeuner, repas irréguliers, trop peu de repas et trop de repas, trop de glucides à indice glycémique élevé dans les menus, trop de graisses saturées et trans dans les menus),
  • un mode de vie sédentaire, trop peu d’activité physique,
  • le stress chronique,
  • la privation chronique de sommeil,
  • le passé génétique,
  • certaines maladies (par exemple, la maladie Hashimoto),
  • la prise de certains médicaments (par exemple, stéroïdes, antibiotiques, contraception hormonale).

Le risque de résistance à l’insuline est également plus élevé chez les personnes luttant contre des maladies endocriniennes et chez les femmes ayant connu un diabète gestationnel pendant leur grossesse.

Résistance à l’insuline – diagnostic, tests

Si nous soupçonnons une résistance à l’insuline, nous pouvons vérifier nous-mêmes notre taux de sucre à l’aide d’un simple glucomètre, mais nous pouvons aussi effectuer des tests de laboratoire spéciaux qui nous permettront d’être définitivement sûrs que nous avons ou non une résistance à l’insuline.

Le test de base utilisé pour diagnostiquer la résistance à l’insuline est le test de charge de glucose oral (OGTT), ou test de tolérance au glucose oral, ou encore courbe de sucre. Le test détermine le taux de glucose à jeun et le taux de glucose après la prise d’une solution d’eau et de glucose.

D’autres tests sont effectués pour diagnostiquer la résistance à l’insuline :

  • texte sur la tolérance à l’insuline,
  • les niveaux de glucose à jeun,
  • le taux d’insuline à jeun,
  • Indice HOMA-IR,
  • l’hémoglobine glyquée,
  • profil lipidique,
  • méthode de clampage métabolique.

Résistance à l’insuline – traitement

Sur la base des résultats des tests, le médecin détermine si le patient a besoin d’un traitement pharmacologique ou s’il suffit de modifier le mode de vie pour réduire les effets de la maladie.les taux d’insuline et de glucose, augmenter la sensibilité des cellules à l’insuline et enfin normaliser la glycémie.

Par conséquent, l’élément le plus important dans le traitement de la résistance à l’insuline est le régime alimentaire, dans lequel, premièrement, nous limitons le nombre de calories consommées quotidiennement, deuxièmement, nous abandonnons les produits à indice glycémique élevé, et nous utilisons des produits à indice glycémique moyen et à faible indice glycémique. Le régime nous aidera à la fois à réduire le poids corporel et à stabiliser l’équilibre glucose-insuline.

Résistance à l’insuline – régime alimentaire. Que faut-il manger et que faut-il éviter en cas de résistance à l’insuline ?

 Un bol avec des légumes et des fruits, à côté d'un lecteur de glycémie manuel.

L’objectif du régime de résistance à l’insuline (régime insulinique) est de prévenir les pics de glycémie et donc de normaliser la sécrétion d’insuline et de stabiliser l’ensemble de l’équilibre glucidique dans l’organisme. Par conséquent, dans le cadre d’un régime alimentaire avec résistance à l’insuline, une attention particulière doit être accordée à la quantité et au type de glucides.

Lesplus nocifs, responsables des perturbations du métabolisme insulino-glucosique, sont les glucides à indice glycémique élevé et à charge glycémique élevée, c’est-à-dire les produits à base de farine blanche, les sucreries, les aliments transformés. Ces derniers sont digérés très rapidement et provoquent une augmentation rapide et forte du taux de sucre dans le sang, ils sont donc à éviter absolument.

En revanche, les produits glucidiques à faible indice glycémique et à forte teneur en fibres alimentaires sont recommandés(ils sont digérés lentement et ne provoquent pas de pics soudains de glycémie). Avec modération, on peut opter pour des produits dont l’indice glycémique est moyen.

N’oubliez pas que les produits à forte teneur en graisses sont également mauvais pour nous. Évitez les aliments frits, les fast-foods, les viandes grasses, les morceaux de viande gras et les produits contenant des acides gras trans. Comme méthode de transformation des aliments, au lieu de les frire, choisissez l’ébullition, la cuisson à la vapeur, la cuisson au four sans matière grasse, le ragoût.

Produits recommandés dans le régime alimentaire en cas de résistance à l’insuline

  • légumes,
  • les légumineuses,
  • grains,
  • des noix,
  • produits à base de céréales complètes (par exemple, pain complet, pâtes complètes, riz brun),
  • de sarrasin,
  • des gruaux d’avoine,
  • des gruaux de boulgour,
  • des gruaux d’épeautre,
  • des grains d’orge perlés,
  • quinoa,
  • les fruits (surtout ceux qui sont moins sucrés et moins mûrs),
  • les céréales,
  • son,
  • viandes maigres, poissons,
  • de la charcuterie maigre et de bonne qualité,
  • les produits laitiers,
  • œufs,
  • l’huile d’olive et les huiles végétales de bonne qualité.

Lors de la préparation des repas, essayez de ne pas trop cuire les aliments (plus la cuisson est longue, plus l’indice glycémique du plat est élevé). Mangez 5 repas par jour, toutes les 3-4 heures. Prenez des petits déjeuners nutritifs, ne grignotez pas entre les repas.

Produits interdits dans le régime alimentaire en cas de résistance à l’insuline

  • du pain blanc,
  • pâtisseries, gâteaux, challahs, beignets, brioches sucrées, brioches au beurre,
  • du pain grillé,
  • les produits à base de farine blanche (par exemple, les pâtes blanches, les nouilles, les boulettes de pâte),
  • mélanges de muesli sucrés prêts à l’emploi,
  • des sucreries,
  • de la glace,
  • confitures,
  • sucre,
  • miel,
  • chips, bâtonnets et autres snacks salés,
  • les aliments instantanés (par exemple, les soupes instantanées),
  • les plats cuisinés surgelés,
  • le fast-food,
  • des sauces prêtes à l’emploi,
  • petits gruaux,
  • du riz blanc,
  • des bananes très mûres,
  • des fruits confits,
  • Chips, pommes de terre au four,
  • de la purée de pommes de terre,
  • les viandes grasses et les saucisses,
  • des sauces lourdes et farineuses,
  • fromages et desserts lactés sucrés, yaourts avec sucre ajouté.

Le type de liquides que nous consommons est également très important pour la résistance à l’insuline. Nous devons éviter les boissons sucrées, les sirops de fruits, les boissons énergisantes et l’alcool. Il faut également faire attention aux jus de fruits achetés, car ils contiennent souvent du sucre ou du sirop de glucose-fructose.

Buvez principalement de l’ eau minérale (environ 1,5 l – 2 l par jour).

En plus de l’eau dans la résistance à l’insuline, nous pouvons atteindre des boissons telles que :

  • thé vert, thé blanc,
  • thé noir sans sucre,
  • café sans sucre,
  • des jus de fruits et de légumes fraîchement pressés à faible IG,
  • des smoothies préparés à l’aide d’un mixeur (principalement des légumes, avec l’ajout de céréales complètes à haute teneur en fibres, par exemple des graines de lin, du son, des graines chia).
Lire aussi : Régime alimentaire pour les diabétiques

L’activité physique est un facteur important dans la lutte contre la résistance à l’insuline

En cas de résistance à l’insuline, outre l’introduction d’un régime alimentaire sain sans glucides à indice glycémique élevé, il est également très important d’abandonner un mode de vie sédentaire. Le manque d’exercice favorise le développement des problèmes de diabète, et à l’inverse, l’exercice régulier contribue à augmenter la sensibilité des cellules à l’insuline et à normaliser le taux de sucre.

En effet, les muscles, lorsqu’ils sont stimulés pour travailler, ont un besoin accru d’énergie, ils “ont besoin” de carburant sous forme de glucose.Ils deviennent moins résistants à l’hormone qui leur fournit du glucose, c’est-à-dire l’insuline. Il vaut donc la peine de miser sur une activité physique régulière, bien sûr sous n’importe quelle forme, selon nos préférences (par exemple, course à pied, gymnase, piscine, promenades dynamiques, jeux d’équipe, vélo, etc.)

Si l’on veut se débarrasser rapidement et efficacement de la résistance à l’insuline, il vaut la peine de suivre les directives suivantes, en plus de l’activité physique et du régime alimentaire :

  • éviter le stress,
  • veillez à un sommeil suffisamment long et bon,
  • Utilisez des herbes et des épices qui ont un effet bénéfique sur l’équilibre insuline-glucose dans l’organisme (par exemple, le gingembre, le curcuma, le mûrier blanc, le curry, la cannelle).
  • utiliser des compléments alimentaires régulant le taux de sucre et réduisant la résistance à l’insuline (par exemple, la formule innovante Redusugar).

Dans la lutte pour la normalisation de la sécrétion d’insuline, il est également important d’éviter les médicaments diabétogènes.

Allez à la revue de la préparation régulant les niveaux de sucre et combattant la résistance à l’insuline Redusugar

 Redusugar

Sources :

  • https://www.medicalnewstoday.com/articles/305567
  • https://www.healthline.com/health/diabetes/insulin-resistance-symptoms
  • https://www.healthline.com/nutrition/insulin-and-insulin-resistance

Category: santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article by: admin